3 tagged articles Littérature française

L'Assommoir 12/11/2012

Emile Zola
504 pages
★★★☆☆

"L'Assommoir" retrace la vie de Gervaise Macquart, de sa rupture avec Lantier à sa mort. Abandonnée à Paris avec deux enfants, elle lutte contre la misère en tant que blanchisseuse, s'éprend de Coupeau, un zingueur. Elle parvient à ouvrir sa propre boutique, a une fille de Coupeau, Nana (qui donnera nom à un autre roman de Zola). Mais à la suite d'un accident, Coupeau prend l'habitude de l'oisiveté, fait société avec un Lantier revenu. Ce dernier s'installe dans le ménage, et ruine la boutique de Gervaise en buvant régulièrement avec Coupeau. Gervaise, complètement désespérée, tombe elle aussi dans l'alcoolisme, et dans le dénouement le plus complet, tente même de se prostituer, tandis que Coupeau meurt de folie dans l'hôpital le plus proche. Gervaise, complètement miséreuse, meurt peu de temps après.

Je devais lire l'Assommoir pour le lycée. Je ne saurais dire s'il m'a plus ou déplu. J'en suis ressortie avec un sentiment étrange. Habituellement, le réalisme ce n'est absolument pas mon truc. Les descriptions sont trop longues et on s'ennuie vraiment rapidement. Mais j'avoue que j'ai accroché contre mon gré à l'histoire de Gervaise. J'ai mis du temps à le lire, soit, mais je ne le regrette pas. De mon avis, c'est un roman très psychologique à lire obligatoirement dans une vie. On suit la montée puis la chute vertigineuse de son héroïne, qui devient même suicidaire à un moment. Cela fait vraiment réfléchir sur la vie en général. Je n'ai mis que 3/5 car cela ne m'aura pas fait aimé le genre du réalisme, mais j'en suis sortie comme groggy et j'ai adoré ça.

Tags : Réalisme - Emile Zola - Classique - Littérature française

Bel-Ami 23/01/2013

Guy de Maupassant
408 pages
★★★★☆
Bel-Ami

Georges Duroy, dit Bel-Ami, est un jeune homme au physique avantageux. Le hasard d'une rencontre le met sur la voie de l'ascension sociale. Malgré sa vulgarité et son ignorance, cet arriviste parvient au sommet par l'intermédiaire de ses maîtresses et du journalisme. Cinq héroïnes vont tour à tour l'initier aux mystères du métier, aux secrets de la mondanité et lui assurer la réussite qu'il espère. Dans cette société parisienne en pleine expansion capitaliste et coloniale, que Maupassant dénonce avec force parce qu'il la connaît bien, les femmes éduquent, conseillent, œuvrent dans l'ombre. La presse, la politique, la finance s'entremêlent. Mais derrière les combines politiques et financières, l'érotisme intéressé, la mort est là qui veille, et avec elle, l'angoisse que chacun porte au fond de lui-même.

Guy de Maupassant a toujours été mon auteur de classique favori. En cinquième, j'avais lu Le Horla, que j'avais simplement adoré. Alors quand ma prof de français a placé Bel-Ami dans notre choix de lecture, j'ai sauté sur l'occasion. J'adore vraiment la plume de Maupassant. Ce livre se lit superbement bien, sans trop de descriptions. L'histoire est assez intéressante et on observe les différents niveaux sociaux de l'époque.
Au début, on est pris d'attachement pour Duroy, faible, en bas de l'échelle sociale. Mais au fur et à mesure de son ascension, j'ai fini par le haïr simplement. Il est horrible avec les femmes, horrible avec ses amis, horrible pour le seul but d'être en haut de cette fameuse échelle sociale décrite tout le long du livre. Mais c'est terriblement intéressant, et je me suis facilement prise à l'histoire.
Je conseille vraiment ce livre, surtout aux allergiques des classiques comme moi, parce que ça ne m'a pas empêché d'adorer. 


Bel-Ami

Tags : Guy de Maupassant - Classique - XIXème siècle - Littérature française

Les Liaisons dangereuses 19/01/2014

Choderlos de Laclos
464 pages
★★★★☆
 
Les Liaisons dangereuses
 
La jeune Cécile Volanges quitte son couvent pour faire l'apprentissage du monde et épouser le comte de Gercourt, mais une de ses parentes, la marquise de Merteuil, entend profiter de ce projet de mariage pour se venger d'une infidélité que lui a faite autrefois Gercourt. Elle charge donc son complice, le vicomte de Valmont, de pervertir Cécile avant ses noces. Mais loin de Paris, dans le château de sa vieille tante, Valmont s'est de son côté mis en tête de séduire la dévote présidente de Tourvel, et une idylle bientôt se noue entre la « petite Volanges » et le jeune Danceny.

Les Liaisons dangereuses est un livre que je devais lire en prescription scolaire, en prévision de mon bac de français à la fin de l'année. J'avoue qu'au début, il ne me tentait pas vraiment. Les 400 pages m'ont d'abord fait assez peur, je pensais mettre 10 ans à le lire. Et bien, en réalité, pas du tout !

Ce roman nous raconte l'histoire de plusieurs personnages grâce à des lettres échangés entre eux. Entre autres, nous avons la jeune Cécile, une jeune femme sortant du couvent pour se lancer dans l'apprentissage du monde. Elle est fiancée au compte de Gercourt, qu'elle n'a jamais rencontré. Mais, la petite, fraîche et innocente, va tomber amoureuse de son professeur de solfège, le Chevalier Danceny. La Marquise de Merteuil et le Vicomte de Valmont, personnages stratèges et libertins, vont profiter de la jeune fille et créer de nombreuses liaisons, qui deviendront une espèce de jeu pour eux. Un jeu de liaisons dangereuses.

Déjà, les personnages : wouah ! Chacun des personnages est très complet : la jeune Cécile, le romantique Danceny, le séduisant Valmont, la prude de Tourvel et la machiavélique Merteui. On adore détester Merteuil et Valmont, tandis qu'on plaint les trois victimes de leur jeu. J'avoue avoir eu un petit coup de coeur pour Valmont : son personnage est beaucoup plus profond qu'il n'en a l'air, et il a bien une part d'humanité au fond de lui, grâce à sa liaison avec de Tourvel. A l'inverse, le personnage que j'ai le moins aimé est la Marquise, une femme horrible et qui ne pense qu'à son propre intérêt.

Sinon, j'ai adoré toutes ces relations qui se mêlent et s'emmêlent. Certaines sont faites de  haine (Merteuil et Valmont), d'autres de vengeance (Valmont et Cécile), d'autres encore d'attirance (Valmont et de Tourvel), mais une seule est faite de réel amour (celle de Cécile et Danceny). Cette dernière apporte beaucoup de fraîcheur et d'innocence au livre, et j'avoue que j'étais émue à chacune des lettres que s'échangeaient les deux amoureux.

J'ai adoré le fait que ce livre soit un roman épistolaire. Ca permet de voir les réels sentiments des personnages, d'observer à quel point ils mentent ou ils disent la vérité. En bref, j'ai adoré ma lecture, qui m'a très agréablement surprise. Je le conseille à tous les romantiques (ou non) dans l'âme.

Les Liaisons dangereuses
Les Liaisons dangereuses


"Nos amusements, nos rires, tout cela, vois-tu, ce ne sont que des jeux d'enfants ; il n'en reste rien après qu'ils sont passés. Mais l'amour, ah ! l'amour ! un mot, un regard, seulement de le savoir là, eh bien ! c'est le bonheur. Quand je vois Danceny, je ne désire plus rien ; quand je ne le vois pas, je ne désire que lui. (...) C'est comme un tourment, et ce tourment-là fait un plaisir inexprimable."

Tags : Choderlos de Laclos - Classique - Littérature française - Romance